La gestion multiprojets

Patrick Roth, RADIX Fondation suisse pour la santé

Les exigences en matière de gestion de projets se sont accrues par rapport à celles qui prévalaient dans le passé. On accorde aujourd’hui une plus grande importance à la définition des objectifs, à l’efficacité, à la durabilité et à l’efficience de programmes et de projets ainsi qu’à la mise à profit des synergies. La planification simultanée et le pilotage coordonné de plusieurs projets font maintenant partie du quotidien de la promotion de la santé car cela permet d’atteindre une plus-value plus marquée par rapport à des projets réalisées indépendamment les uns des autres.

La plupart des lectrices et des lecteurs de cette Newsletter travaillent dans le cadre de projets, soit comme personnes-clés ou acteurs/actrices assumant un rôle et des tâches déterminés, soit comme chefs de projet en charge d’initier, de planifier, de piloter, de contrôler ou d’évaluer ces interventions. Sur le « marché » de la promotion de la santé et de la prévention, les responsables de projets sont souvent aussi (co)responsables de la recherche de fonds, de l’envoi de la requête, de la mise en réseau, du contrôle de la qualité et des activités de communication et de relations publiques.

Dans les programmes nationaux ou cantonaux tels que le programme genevois « Marchez et mangez malin ! » (voir l’interview de Mme Lynne Thadikkaran ci-après), les stratégies et les buts inter-projets sont prédéterminés. Cela rend le tout plus complexe, des égards et des accords sont nécessaires, les défis pour les responsables de programmes et de projets augmentent. Ils ne doivent pas seulement avoir de l’expérience dans le domaine de la gestion de projets, mais aussi des connaissances linguistiques. J’exagère peut-être un peu… mais pas tant que ça ! Aujourd’hui, dans mes demandes de projets, je dois souvent déjà fournir des informations assez détaillées sur la qualité de l’assessment, le benchmarking, les bonnes pratiques, le controlling, l’effectivité, l’efficience, l’empowerment, l’évidence, l’aspect gender, l’implémentation, les indicateurs, la cohérence, le contexte, le monitoring, l’outcome, l’output, la policy, le cycle d’action en santé publique, le reporting, la salutogenèse, le setting, les objectifs SMART, le Total Quality Management (extrait du glossaire de quint-essenz). Par ailleurs, je suis invité à utiliser l’outil de gestion de projet quint-essenz et de procéder à des échanges réguliers avec la Communauté.

On entend par gestion multiprojets l’intégration de projets dans des stratégies supérieures et le regroupement de ces projets en programmes, ce qui permet de mettre à profit des synergies et d’accroître l’efficacité et l’efficience de la promotion de la santé. Car la qualité est aussi une question de « langage » commun et d’ententes, de politiques et de finances, de priorités sur une longue durée et de dépendances mutuelles, de comparabilité, de soutien et d’échanges. Les programmes demandent, concrètement, une perspective commune supérieure et dès le début – si possible – une uniformisation des critères de qualité, des procédures, des objectifs et des modèles pour la planification, le pilotage et l’évaluation des projets.

Le programme national « Alimentation et activité physique chez les enfants et les adolescents » est un exemple classique pour illustrer ce que signifie une gestion multiprojets de longue durée. Au début, une vision (commune), se fondant sur des bases scientifiques (State of the art) a été fixée à long terme. Pour déterminer les groupes cibles, les responsables ont utilisé le modèle des phases de vie. L’élément central des programmes d’action cantonaux (et de leur cofinancement) est leur structuration à quatre niveaux - Modules – Policy – Mise en réseau – Communication. En outre, l’autoévaluation a été uniformisée et des rencontres annuelles du réseau en favorisent la coordination et la qualité.

Un autre exemple est celui du programme national « Les communes bougent ! » pour une prévention cohérente de l‘alcoolisme et du tabagisme de la Fondation suisse pour la santé RADIX. Dans le cadre de ce programme, les communes peuvent réaliser leurs propres projets locaux avec le soutien de RADIX et des organismes cantonaux et régionaux de prévention des addictions. Les objectifs sont fixés au niveau du programme ainsi qu’au niveau de la mise en oeuvre des plans d’actions communaux. Il existe un modèle éprouvé de la marche à suivre et dans ce programme aussi, un échange périodique d’expériences facilite la coordination et augmente ainsi le potentiel d’impact des efforts de prévention.

Avec quint-essenz, Promotion Santé Suisse met à disposition un système de qualité pour des projets de promotion et de prévention de la santé qui représente une aide précieuse pour faire face aux nombreux défis d’une gestion multiprojets. Ce système, grâce à l’uniformisation des critères de qualité, des termes, des processus et des instruments, permet d’assurer une orientation commune et une bonne coordination des projets intégrés dans un programme. Par ailleurs, l’outil de gestion de projet permet à la direction du programme et aux divers responsables de projets de garder une bonne vue d’ensemble sur les projets en cours et garantit un accès rapide aux documents d’actualité transorganisations. La plate-forme offre la possibilité d’échanges d’idées et d’expériences très efficaces et les interdépendances entre organisations, programmes et projets peuvent y être mis en évidence. En bref : Promotion Santé Suisse a créé de bonnes bases et moyens d’aide pour la gestion de programmes et la gestion multiprojets. Une excellente raison pour mettre www.quint-essenz.ch en tête de vos favoris et de vous rendre régulièrement sur ce site Internet…dès aujourd’hui !

Dernière modification: mardi 16 septembre 2014 07:45